RPG.DISNEY

La fin du rêve et de la magie, pour atterrir dans cette étrange réalité.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  FacebookFacebook  
Forum fermé pour cause d'inactivité des membres...

Partagez | 
 

 Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Dim 20 Juin 2010 - 18:36

Merci à James Hook de m'avoir inspiré l'idée de créer un topic pour les poètes qui souhaiterais faire autre chose que du RP à savoir de la poèsie. Vous pouvez écrire ce que vous voulez sur n'importe quoi ! Tout est permis. Moi j'aimerais bien écrire sur vos personnages et sur Disney en général ce serait sympa ^^. Je suis sûre qu'en tant que RPGistes vous devez avoir un talent avec les mots qui n'est pas négligeable ! Sans plus attendre, car je pense que le principe est clair ^^, je commence.

Et vu que c'est notre cher Capitaine Crochet est à l'origine de cette idée (enfin il m'a demandé de vous montrer quelques extraits de ce que j'écris mais là je vais innover en faisant du neuf..), je vais commencer par en écrire un exprès pour lui !
(PS: je sais, j'écris pas sur commande mais si vous avez envie que je vous en écrive un, si vous aimez bien, il n'y a pas de soucis, les personnages disney m'inspirent assez en tout circonstance ;) )


Bateau sur une main, serre d'aigle sur l'autre
Voguant toute voile dehors
Fier comme le vent, méprisant les enfants
Évidence aussi rouge que son manteau de velours
Fleuron de vengeance, fleuret bien maîtrisé
Amour pour la vague, tendance à se trouver excité
Émoustillé quand l'horloge se met à sonner
Larmes pas si crocodile que cela
Mais quand la bravoure reprend sa loi
Il est le maître le roi, chevelure noir d'ébène
Frisée comme un océan déchaîné
Humour, manipulation, dulcinée de séduction
Machiavélique, diabolique
Celui qui en dira le contraire tombera, sanglant, cadavérique
De la pointe d'une epée déformée, de cette arme pas banale
Ruisselante de haine et de pouvoir
Aussi fière que son maître, liée avec lui pour la vie
Elle qui prît possession de ce qu'il y a de plus humain dans le corps d'un homme
Un homme qui, malgré cette perte, n'en est pas moins beau, pas moins fabuleux
Fabuleux comme un conte légendaire,
Tous le craint, tous le convoite, tous peuvent citer son nom
Mais personne ne peux prononcer ce nom sans frissonner
Admiration qui me submerge quant au regard de ce corsaire téméraire
Amour de sa personne qui me consume quant à ses histoires qu'il nous raconte à la pointe de sa griffe
Car la plume c'est envolée depuis longtemps, emmenant avec elle, sur le Pays Imaginaire, la paix
En effet, comme le disait sa bouche salvatrice après que son fidèle compagnon le lui ai rappelé alors qu'il allait mal
Que serait le monde sans le Capitaine Crochet ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Dim 20 Juin 2010 - 18:51

Oh oh, très bonne idée, et très beau poème, mon Capitaine Hook a de quoi être fier ;)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Dim 20 Juin 2010 - 19:14

TROP BEAU ♥️ MOI JE VEUX BIEN UN POEME ^^
moi je suis pas forte en poesie ... une amie m en avait fait un ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Dim 20 Juin 2010 - 19:26

Superbe poème Giselle ! ^^ C'est très beau, et comme le dit Hadès, Crochet va être content =) .


Rien qu'à voir ce poème si, ça se voit que tu est douée Giselle !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Dim 20 Juin 2010 - 19:49

Merci beaucoup, c'est adorable ! C'est vraiment sympa parce que l'écriture c'est tout pour moi !

A la demande de Tarzan voici ce que mes mains lui ont préparé :


Le souffle du jaguar respire dans ses poumons
Air tropical emplit d'aventure
Couleurs de la forêt vierge de tout les maux de l'homme
Où l'amour est roi, l'amour de la vie, de la Nature
Ce doux contraste de force entre son corps et sa passion
Innocent, si attachant, dépourvu d'instinct urbain
Mais si pourvu des griffes de ce qu'est la vraie vie
Amoureux de la dulcinée des clochers d'Eglise, un livre à la main
Là où il découvre ce qu'est le bonheur d'être à deux, ne vivant qu'avec leur corps
Force mystérieuse, dompteur de liane
Aussi fort justement que les anneaux d'un serpent qui enserre sa proie
Poussant son cri au delà des cime pour régner en maître sur un domaine qu'il connaît par coeur
Qu'il aime de tous son coeur
On se demande pourquoi n'est-t-il pas singe tant il leurs ressemble !
Nous pouvons même penser que cette erreur est déjà corrigée
Alchimie parfaite entre la grandeur de sa force et de son coeur en Or
Homme de tout les terrains, homme de jungle
Homme qui fait battre d'aventure mon coeur perdu dans les sequoïa
Désir de glisser sur les lianes quand je vois son torse durcit par le combat et les griffes d'un jaguar
Incroyable histoire, aussi légère, aussi belle que le vent dans ses premières brises
Le seigneur de la jungle, celui dont tout le monde parle par delà les cité
Rêves à l'autre bout du monde.....
Car il est dans ton coeur, pour toujours, nous le portons tous en nous !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Dim 20 Juin 2010 - 19:57

owiiiiii, I like it ♥️ trOP beau !
merci, c est magnifique
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Lun 21 Juin 2010 - 6:17

Trouvez moi un ménestrel et collez moi ce refrain en boucle sur le pont de mon navire u_u !
Merci beaucoup Giselle, j'aime, c'est une jolie prose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Lun 21 Juin 2010 - 7:57

Vous pouvez toujours demander à Clopin ! Il est doué pour ça ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Gjest
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Lun 21 Juin 2010 - 19:17

Je lui en parlerais ;)

Personnellement j'ai du mal avec la poésie (quoi qu'elle m'a donné un beau 17 au bac français de 1ere et d'Apollinaire je préfère de loin un certain livre...) mais j'ai tout de même quelques vers à mon actif. En général j'écris plus des chansons =)

Peut être que je vous en posterais...=)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Lun 21 Juin 2010 - 19:40

Désolée du double post mais ce soir je suis en forme et j'ai décidée de faire deux poèmes.
L'un sera dédié entièrement à Mégara et l'autre pour Hadès.



S'il y a un prix pour manque de beauté
Elle serait la dernière de ce concours
Tant d'hypnose en elle, comme le joueur de flûte sur son serpent
Envoutante comme l'encens qui se consume d'une braise aussi ardente que ses yeux
On la nomme Mégara
Simple mortelle qui a l'étoffe d'une déesse sous ses courbes sucrées
Fatale, presque agressive, on ne la dompte pas
Pas même un coup de fouet ne pourrait l'ébranler
Pourtant...frêle en son coeur comme les pétales d'une fleur blanche
Qu'elle tiens dans la main pour espérer
Si forte, si fragile à la fois, mystique sans foi ni loi
Une belle grecque, fière de son vin qu'elle boit dans les amphores de la morts
Fricotant avec les démons qui possèdent son âme
Qu'elle donna pour le simple plaisir d'un baiser à jamais consumé dans les feux de l'Enfer
Pour une trahison abjecte
Elle inspire tout, force, détermination, mystère
D'où lui vient ce si curieux caractère
Est-ce la lumière divine, créatrice de la vie ou le feu ardent de ces mêmes Enfers
Nous puisons tous en elle la force de ne jamais se laisser abattre
Chacun pour soi, sauver ce qu'on a de plus précieux même si on a tout perdu
Elle est le dessin de mon idéal caractère
Forte comme le lion, douce comme l'agneau même si elle prétend le contraire
Elle laisse s'écouler les mièvreries sur sa chevelure brune, sur ses hanches couverte d'un violet téméraire
Belle à en crever, vous ne ferez pas de vieux os à la croiser
Belle Mégara, laisses moi au moins t'approcher


Voilà pour ma chérie que j'adoore ^^ ! A présent c'est au tour de notre Dieu des Enfers adoré !


(Haha, en mode machiavélique, j'adoore ^^)

Il est dangereusement mortel
L'ennui c'est qu'il est justement immortel
Que feriez vous devant le reflet bleu de sa flamme ?
Seriez-vous capable de l'affronter du regard sans perdre votre sang froid ?
Délicieusement diabolique, il séquestre vos âmes quand elles sont incapables de vivre plus longtemps
Froid comme le marbre, un coeur glacial comme le souffle de la mort dans votre dos
Dangereux, colère aussi violente que le volcan en éruption
Tornade de fumée noire, de brouillard à vous faire hérisser le poil sur votre peau rose de vie
Mythique apparition de ce Dieu aux milles pouvoirs
Mythique humour noir et mortel dont tous se délectent comme un verre que l'on boit innocemment
Sans se douter du poison qu'il a versé dans votre verre
Sourire ravageur, le dernier au revoir à votre âme qui a rejoins son royaume
Déterminé à mettre ses plans sur sa table de marbre
Stratégie, violent désir de vaincre, souffle méchant dans ses poumons calcinés
Machiavélique, diabolique, furie dévastatrice
Dieu des Morts, c'est ainsi que l'on a nommé ce petit monstre !
Pourtant, pour un Dieu comme lui, drôle et si envoutant
J'aurais envie de pêché pour partir aux Enfers et me griller la peau dans le feu de sa colère
Juste pour voir ce regard bleu, bleu comme une flamme mourante
Oh mon Dieu !
Ce serait avec excitation que l'on devrait crier ces mots !
Mais si j'étais vous, je surveillerais mon dos
Car notre cher Hadès ne vous le dira plus de si tôt si vous lui attisez quelconques foudres


Revenir en haut Aller en bas
Gjest
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Lun 21 Juin 2010 - 19:48

Merci Giselle j'aime beaucoup et en plus je me reconnais (irl) dans certaines des phrases =) Un grand merci à toi!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Lun 21 Juin 2010 - 19:54

Oh Oh, tu as un certain talent tu sais ? ;) Merci beaucoup d'avoir pensé à Hadès... ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Lun 21 Juin 2010 - 20:11

Mais derien ! C'est tout naturel, comment peut-on envisager le simple principe d'oublier Hadès, surtout venant de ma part ? IN-CON-CE-VABLE !!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Lun 21 Juin 2010 - 21:54

Sincèrement moi je dis respect ! ^^ C'est M.A.G.N.I.F.I.Q.U.E ! =)

J'adore ! Je l'ai déjà dit mais je le redit, tu écris vraiment super bien !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Mar 22 Juin 2010 - 14:50

Bah tiens, dans la foulée voici celui que je dédie à notre ami Dingo ;) !



Grand ami que tous nous envie
Ouvert sur un monde tellement beau, qui nous inspire la vie
Oublié trop souvent par ceux qui ne veulent pas y croire
Frigorifié par leur quotidien
Y'a plus qu'à l'appeler
Notre canidé aux humeurs si candide
Maladresse si généreuse, si drôle
Notre ami, pour cela, a bien le beau rôle
Il est pourtant si expressif, si rêveur
Si subtile, pourtant, d'esprit que l'on se trompe beaucoup
Intelligent, sincère et fort à la fois
Derrière ce masque de simplet
Ce masque qu'il porte pendant son règne de roi
Roi sur un royaume magique, l'humour de l'enfance et de la bêtise de Cambrai
Mais où est sa couronne ?
Peut-être se trouve-t-elle dans son coeur pétillant de joie et d'amour
Tant il inspire une caresse sucrée sur sa truffe humide
Être indispensable dans le groupe de nos coeur
Sur le mien, il résonne tel les effets d'un porte bonheur
Rêveur première catégorie !
Maladroit indécis
Souffle de vie malgré les gaffes qui l'ont endurcis
Que ferions-nous sans toi Goofy ?



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Mar 22 Juin 2010 - 15:18

Merci beaucoup Gigi ! J'adore énormément ! C'est superbement sublime ! ^^

ça me fait très plaisir, que tu est fait un poème pour mon Dingo =)
Revenir en haut Aller en bas
Gjest
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Mer 23 Juin 2010 - 18:12

Je remarque que Giselle nous fait part de ses poèmes mais les autres alors??? On veut voir vos écrits aussi!

(oui oui moi aussi mais moi je n'écris que sur musique :p et vu mes écrits de ces derniers jours, mieux vaut ne pas poster...mais un jour promiiiiis je posterais un truc)

edit: pour le moment je n'aurais que quelques chansons à faire partager mais c'est tout. Mais bon ce n'est pas le thème ici =)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Mer 23 Juin 2010 - 18:39

Tes poèmes sont magnifiques Giselle !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Mer 23 Juin 2010 - 19:35

Mégara, si j'avais des écrits à poster sur le forum comme le fait Giselle, je le ferait ^^. Mais là j'ai rien x) . Mais si un jour je fait un écrit qui me satisfait, bah je le mettrais =) .
Revenir en haut Aller en bas
Gjest
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Mer 23 Juin 2010 - 20:17

    « Elle parle trop. C'est ce qu'on lui a toujours dit: «Tu parles trop». Pourquoi? Elle ne l'a jamais su réellement. Après tout, elle ne parlait jamais. Jamais. Même pas pour réclamer une sortie quelconque au cinéma. Jamais. Parler c'est s'ouvrir aux autres. Jamais. Elle ne comprendra que bien plus tard que ça seule présence se trouvait être une réelle entrave à la vie de chacun et que personne ne voulait s'encombrer de cela. Le jour de sa naissance fut à jamais le jour de sa mort sociale, le jour où la malédiction commencera à opérer. La vie et la mort ne sont qu'un même cercle vicieux. On nait dans un berceau avec une étiquette au pied, on meurt sur une table avec une étiquette au pied. Il n'y a aucune originalité à vivre, aucune gloire personnelle à en tirer. Rien. Sa vie à elle était l'éternel recommencement d'un mauvais film qu'aucun être humain ne souhaiterais regarder. c'est un peu ça d'ailleurs sa vie. On regarde l'affiche mais le film n'intéresse personne. Il n'y a rien à voir, rien de bon à en tirer. Passez votre chemin. La douleur et la souffrance se sont trouvées être ses meilleures amies, ses seules compagnes de route, ses plus fidèles alliées. Les seules qui ne l'ont jamais lâché. Elle préfèrerait vouer son corps à la transparence, ne plus être vu par personne. On arrache l'affiche et d'autres viennent être recollées à cet emplacement. On jette l'affiche. On brûle l'affiche. On détruit l'affiche.
    La mort elle même se trouve être difficile à avaler, même quand elle a atteint le point de non retour. De son corps elle divorce. Elle ne veut plus rien à voir affaire avec elle. Le coeur n'y est pas. D'ailleurs le coeur n'y a jamais été. Elle n'a pas été façonnée avec un coeur. Celui qu'elle aura essayé de se construire sera détruit jour après jour, nuit après nuit. Elle n'aime pas les gens. Plutôt, elle les évite. Elle les protège. Restez seule est la meilleure façon de ne faire souffrir personne comme elle même à souffert. Son seul sentiment à son propre égard est le dégoût qu'elle inspire, les refoulements macabres qui émanent d'elle fanent toutes les fleurs des environs, transformant son monde en un désert aride et stérile. Parfois il lui arrive de rencontrer une personne, peut-être différente des autres. A quoi bon? A quoi bon détruire une vie? Elle s'est maintenant retiré dans son désert utopique, pour protéger l'humanité de ce qu'elle est. Personne ne le sait ça, personne n'a la moindre idée. La contagion n'est que idéologique ici, mais la mise en quarantaine reste une bonne solution.
    Et elle mourra seule, comme elle aura vécut. Ses yeux se fermeront sur le monde qui n'a jamais voulu d'elle, qui l'a vomit un matin et re-digérer le soir, afin de nettoyer le monde de son immonde présence. »


The End
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Mer 23 Juin 2010 - 20:26

Joli texte Még', ça me rappelle une chanson...
Bref, je reste pourtant persuadé de la présence d'une rose dans ce désert, mais je ne vais pas commencer à "philosopher" là-dessus; nous avons donc trouvé deux âmes de poètes sur le forum :)
Revenir en haut Aller en bas
Gjest
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Mer 23 Juin 2010 - 20:35

Merci Hadès
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Mer 23 Juin 2010 - 20:51

Mégara, c'est une prose sublime ! Il y a vraiment du bon en toi, cela se voit ! Tu dégage quelque chose de vrai ! De naturel et cette philosophie peut être magnifique quand on l'écrit sous cet angle !
Bravo à toi ma belle, ça fait plaisir que tu inaugure ta première création, ça me fait plaisir d'avoir créer ce topic pour lire d'aussi jolies choses ! J'espère qu'il y en aura d'autres !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Mer 23 Juin 2010 - 21:36

C'est un très beau texte, très bien écrit Még, superbe texte =) .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   Jeu 24 Juin 2010 - 17:53

Comme je l'avais dit à Hook, voici un extrait de mon livre "Le Serpent d'Émeraude" dont vous trouverez le résumé sur le topic "Informations sur les rpg" si ça vous interesse.
(Il y a Xena, l'héroïne, Dominique Costa, son amie pirate, Jack Swan, le capitaine et le reste, c'est l'équipage)
Cet extrait raconte la fête donné en l'honneur de Xena, nouvelle pirate à bord du navire "La Rebelle" la fière frégate de Jack Swan.



Texte en adaptation pour le forum, dur de retranscrire du Word sur un forum, désolée
Si c'est écrit trop petit, dites le moi ! =), j'ai eu vraiment du mal :s...
Texte modifié !

Le soir venu, Xena avait tout d’un pirate. Bien que quelques heures seulement de « cours » la suivaient, elle était devenue une experte théorique sur « La Rebelle ». Dominique Costa en fût réjouis et s’était frotté les mains. Il faisait nuit sur la frégate, une légère brume caressa le pont et pourtant le temps avait été bon, très bon. Ce soir là, avait été un soir d’été embrumé et une mer noire, argentée par les reflets de lune, avait baigné le bateau. Une certaine alchimie entre le ciel étoilé et la mer métallique avait créé une sorte de monde partagé entre la beauté et la crainte du noir. Cependant, les étoiles avait été là pour rassurer. « La Rebelle » avait glissé sur l’eau comme un fantôme ou comme un serpent flairant le moindre obstacle. Quelques torches sur le bâtiment avaient été allumées et la danse frénétique des bougies, du moins des flammes, avait éclairée la brume.
Xena avait marché sur le pont dans sa robe blanche que lui avait donné Dominique Costa. Elle s’était appuyée, comme une âme en peine, sur la rambarde et l’avait caressée de ses doigts. Elle avait scruté l’horizon, avait regardé le ciel. Elle avait semblé être heureuse, pendant un instant. Un souffle, une brise légère l’avait traversée. Tout avait été anormalement calme, il n’y avait personne sur le pont à part elle. Les seules âmes mobiles étant celle des bougies. Xena avait roulé des yeux lentement, doucement, un petit coup d’œil derrière son épaule mais rien. Du moins c’est ce qu’elle avait cru avant d’être rejointe par Jack Swan qui avait atterrit sur le sol avec une agilité et une rapidité déconcertante alors qu’il venait de sauter du haut du mât n’étant tenu que par une corde qu’il avait tenu de ses mains. Surprise, Xena avait dégainé son poignard en hurlant. Jack Swan avait rit avant de pendre son arme blanche par un coup de maître étonnement magique. Il avait prit le poignet de Xena qui s’était calmée aussitôt par ce contact qu’elle connaissait délicieusement. Il lui avait remit son poignard par le manche en le faisant retombé prétentieusement sur la paume de la belle.
-Vous m’avez fait peur ! s’exclama Xena.
-Je ne le voulais pas. Pardonnes-moi, mais que fais-tu avec ce poignard ? Il change un peu le contraste de cette belle robe.
-Je ne le quitte jamais, il représente beaucoup, avait répondu dans un souffle Xena en caressant les formes gracieuse de son poignard.
-En revanche, tu ne sais pas t’en servir, princesse…
-Jack ? Avait tiqué Xena. L’appellation « princesse » fût comme une aiguille dans son cœur. Elle s’était rappelée de ce visage, si furtif, si léger, ce visage qu’elle avait tué. Il l’appelait comme ça parfois. Princesse ? Elle ne l’était plus, depuis longtemps, trop longtemps.
-Oui ?
-Ne m’appelez plus ainsi, je vous prie, cela m’est…insupportable, avait-t-elle dit en ne pouvant plus retenir ses larmes si douloureuses qu’elle n’avait pas versé depuis sa mésaventure dans le cachot.
Etonné, profondément touché, Jack Swan s’empressa de la prendre dans ses bras forts et musclés malgré son grand âge. Ses doigts noircis par le travail du bateau s’étaient serrés autours des épaules nues de Xena. Ce contact l’avait fait frémir mais c’était la première fois qu’elle prenait plaisir à ce qu’on la console. Jack Swan avait été sincère et lui avait pris sa nuque avant de l’enfouir sous ses cheveux en attendant que la souffrance cesse momentanément.
-Je suis navré, je… je ne t'appellerais plus ainsi si tu le souhaites, s’était excusé le capitaine, mais si tu me parlais de cette raison qui te pousse à refuser ce surnom tu irais peut-être mieux.
Xena s’était relevé, les yeux ruisselants dont les reflets des bougies les avaient faits pétiller. Elle lui avait sourit tristement en lui disant :
-Je ne peux pas…
-Bien, laissons cela à toi, pour l’heure il est temps de t’adouber.
Xena avait écarquillé les yeux tout en les séchant.
-M’adouber ? C’est-à-dire ?
Les yeux du capitaine avait étincelé, pétillants et presque arrogants.
-Et bien il me semble que c’est ta première virée en mer, n’est-ce pas ? Avait rigolé Jack Swan avant de crier, Dominique, matelots, il est temps de faire ce que vous avez à faire.
Dominique Costa était sortît dans une belle robe gitane sertie de perles, de satins et de pierres précieuse. Elle avait valsé sous le tambourin qu’elle agitait de ses doigts délicats. Elle était belle, grande et gracieuse, une vraie caractérielle dans un corps de guêpe. Elle avait les cheveux blonds et un petit visage aux belles formes où s’encastraient deux beaux yeux bruns en amandes. Ses lèvres s’étaient entrouvertes parfois sous la danse qu’elle exerçait à la perfection, laissant apparaître de belles dents blanches. Vasco, grand gaillard aux cheveux blonds et aux yeux verts, avec un tempérament fort et un corps baraqué, s’était empressé de jouer à la guitare dans un rythme effréné. Sweeney et Gail avaient rappliqué sur le pont en glissant, en parfaite synchronisation, sur les cordes des mats. Les torches en avait frémit. Jack Swan avait dégainé son pistolet et avait tiré sur un tonneau qui s’était mit à déverser du vin à flot. Petit comité, certes, mais la fête avait battu son plein. Xena en fût émerveillée et une chaleur dans son cœur avait crevé un excès de larme de joie qui apaisa les précédentes. Jack Swan avait bombé le torse et s’était activé à sourire fièrement, tournant son regard vers une Xena émue.
-Veux-tu m’accorder cette danse Lady Wild ?
-Lady Wild ? Avait demandé Xena, une moue moqueuse sur les lèvres.
-Ne connais-tu point l’anglais très chère demoiselle ?
-Bien sûr ! Je suis bien instruite Capitaine ! Avait rigolé Xena.
-Et bien tu devrais savoir que « Lady Wild » veut dire dame sauvage, à défaut de t’appeler « princesse » j’ai mes ressources d’inspiration.
Il s’était penché dans le creux de son oreille, leurs visages éclairés d’un rouge orangé que la nuit avaient laissé passé sous la lumière festive des bougies.
-Car je sais que tu n’es pas, dans le fond, une poudrée de la cours.
Xena l’avait regardé, les paupières pincées. La comprenait-t-il aussi bien que cela ? Avait-t-il un don ? Comment
savait-t-il qui était-t-elle ? Toutes ces questions, Xena n’eu pas le temps d’y répondre à ce moment là. Jack Swan avait réitéré sa demande de danse.
Xena n’avait pas répondus et s’était contentée de poser gracieusement sa belle main dans celle du Capitaine qui se mît à la faire tournoyer. Elle ne savait pas danser cette chorégraphie endiablée mais qui s’apprenait au fil des pas. Indifférent à son manque d’expérience, Jack Swan la faisait danser, la maniant comme une poupée, on aurait dît que Xena fût une experte. Elle avait même fredonné l’air de la chanson joué par Vasco. Dominique regardait Vasco chanter, en dansant dans les bras de Gail qui n’avait pas tardé pour l’inviter. Sweeney s’était contenté, lui, de boire à tire larigot et plus encore. L’un deux avait dit, un peu dans les vapes :
-Moi j’dis, y’faudrait des nouvelles recrues p’us souvent !
Plus tard dans la soirée, alors que Xena avait bu son compte de rhum et de vin, Jack Swan se déshabilla et Dominique Costa avait préparé une corde. Un peu surprise, Xena s’était empressée de demander :
-Que va-t-il se pass..er ? Avec un petit hoquet alcoolique.
Gail s’était approché en rigolant et lui dit.
-Il va faire le mariolle, le capitaine, comme d’habitude ! Il va sauter du bateau.
Xena avait écarquillé les yeux.
-Non ! Mais il est fou !!! Avait crié Xena en courant.
Gail l’avait rattrapée par l’épaule, en lui disant :
-Tout doux, Lady Wild !
- Tu ne vas pas t’y mettre, toi et puis comment tu... ! Avait vociféré Xena
-Tu sais on a tout entendu depuis là-haut tout à l'heure !
Gail n’avait pu s’empêcher de rire tout en indiquant leur cachette quelques instants auparavant. Xena s’était dit que ça allait mal se terminer, très mal. Elle avait croisé ses bras attendant ce saut absurde, qu’elle avait redouté à moitié car l’alcool lui avait fait perdre un semblant de raison. Avant que le Capitaine ne se hisse sur la tête de la sirène, Dominique Costa avait hurlé, rouge d’ivresse.
-Moi aussi, z’veux sauter !
Jack Swan avait levé les yeux au ciel et l’avait prit par la taille pour la hisser à son tour. La corde fût confiée à Vasco, homme fort du bateau. Jack Swan était le seul qui n’ai pas bu une goutte ce soir là, prudent pour ce genre de saut extrême, il savait que Dominique allait sauter elle aussi, il ne voulait pas la laisser sombrer dans les bras de
Neptune pour une simple chopine de rhum. Pirate oui ! Mais Imbécile, non !
Il fût hissé tout les deux, sur la tête de la sirène, levant les bras comme pour le saut de l’ange. Avant qu’ils n’aient
franchit le seuil ultime du vide, Xena les avaient interpellés, désespérée :
-Mais vous êtes fous !
-Bienv’nue sur la Rebelle chérie !
Avait crié Dominique Costa avant de se jeter, elle et Jack Swan dans l’eau noire de la mer.
C’était la fête ce soir là, un joli désordre mélangé de vin, de danses et de sauts en mer. Xena avait prit confiance en Jack et elle avait même sauté deux fois. Elle n’aurait pu expliquer la sensation qu’elle avait ressentie à ce moment là. Une impression de légèreté et de rêve l’avait envahie avant qu’elle ne plonge dans l’eau glacée qui l’avait aussi
troublée. Elle n’avait plus bougé dans cette eau qui la transperçait comme un millier d’aiguille. Les reflets de la lune avaient éclairé de leurs surprenants rayons la surface de la mer et Xena avait atteint un état presque second dans lequel elle avait vu sa vie défilé dans l’hologramme marin. Elle s’était sentie bien, elle avait semblé flotter à ce moment là. Elle ne mourrait pas, elle avait rêvé c’était comme si elle avait inspiré une drogue dont elle ne pouvait
plus se passer. Ce n’est que lorsque le bras de Jack Swan l’ai rattrapée pour l’extirper de ce nuage qu’elle eut pris conscience d’elle, de ce qu’elle était vraiment. Humaine. C’était la première fois qu’elle songeait à cette vie humaine dénouée de vampirisme. C’était à ce moment là que sa vie allait compter. Elle voulait, ce soir là, se venger de la vie. Profiter. Humer chaque odeur comme au premier jour, chaparder, combattre, rire, danser, sauter dans la mer. Elle s’était dit qu’elle le méritait, qu’elle méritait de récupérer sa jeunesse volée. Plus que jamais, elle voulait vivre. On lui avait offert cette occasion, pourquoi refuser ? Et si la mort la piége dans son grand manteau
blanc, elle se retirerait avec elle par les volontés de son destin. Xena s’était dit que la mort valait mieux que l’amour. Plus d’amour, jamais, c’était trop de souffrances, trop d’envies, être trop démuni de ses sens. Pourtant dans un âge
propice, Xena ne ressentait plus la moindre pulsion sexuelle, elle ne voulait plus béliner non plus, elle avait oublié. Oublier ces plaisirs dont elle était accro d’une certaine manière. Maintenant, Dame Nature n’a plus ses droits sur
le corps de cette jeune fille. Elle avait décidé ce soir là, dans les confins du ciel et de la mer qu’elle se nommerait Lady Wild !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )   

Revenir en haut Aller en bas
 

Just Like Alice in Wonderland...(le coins des poètes )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le Lièvre de Mars (Alice au Pays des Merveilles) [Réservé]
» [News] Alice in Wonderland
» FRANK BRUNNER
» BACK IN WONDERLAND
» Jasper & Alice Forever
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG.DISNEY :: Flood & Jeux :: Flood-